Oracle Musical – épisode 28 – Morse

« Ce que Dieu a forgé »

 

Le 24 mai 1844 est inaugurée la première ligne de télégraphe du monde, entre Washington et Baltimore.

Samuel Morse est né le 27 avril 1791 à Charlestown près de Boston dans le Massachusetts et est le fils du géographe Jedidiah Morse. En 1811, après des études à l’université Yale où il obtient son diplôme en 1811, il travaille chez un éditeur à Boston tout en se consacrant à la peinture. Il entreprend la même année un voyage à Londres pour y suivre des études artistiques auprès de Washington Allston1. Il obtient deux ans plus tard la médaille d’or de sculpture de la Société des arts Adelphi2.

Il se trouvait à l’époque en déplacement à Washington, pour un portrait du général de La Fayette et, prévenu trop tard de l’état de sa femme, il n’avait pu rentrer à temps pour lui faire ses adieux. Il s’est alors promis d’inventer un moyen de transmettre des informations plus rapidement qu’à la vitesse du courrier.

Le jour de la première communication en morse. Nous sommes à Baltimore, aux États-Unis. L’un des inventeurs, l’Américain Alfred Vail, reçoit un message télégraphique constitué de points et de traits.

« What hath god wrought », « Ce que Dieu a forgé ». L’auteur du message est Samuel Morse, concepteur de l’alphabet du même nom. Il se trouve alors à 600 kilomètres de là, à Washington, au Capitole.

Oracle d’aujourd’hui sera une citation des paroles de la chanson « Télégramme 2003 » tiré de l’album Scandale mélancolique de Hubert-Félix Thiéfaine paru en 2005.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.