Voyage Métaphysique – Épisode 7 – L’Inspiration

Les portes du ciel s’ouvrent, et l’homme sort de sa léthargie.

Prends le bouclier de ta foi et avance d’un pas décidé, que ce soit dans le sens du vent ou contre tout les vents.

Après quelques turbulences dans son chagrin, voici l’aurore d’une heureuse conjonction dont les répercussions changeront complètement la condition de l’artiste solitaire. En cavale sur les chemins du destin, nous sommes infiniment heureux de vous présenter le jour du soleil !

Excellent Voyage Métaphysique !

Voyage Métaphysique – Épisode 6 – Le Réveil

Il y a de la joie dans le ciel, la terre et le soleil qui surgissent d’Adam s’éveillent.


Fleur dans le pommier, fruit dans la vigne, moisson d’une semence mûre.

Au delà de la ville, des sentiers et des cheminements de son âme, l’infinie marche mènera l’artiste jusqu’au bout d’une étrange nuit. Face à l’immensité du ciel étoilé, il n’a plus aucun repères, plus d’espoirs ni d’attentes. Les yeux plongés dans le vide, son regard se fond dans l’horizon, et d’une réverbération en mirage étoilé jaillis un visage scintillant, doux et puissant. 
 
Excellent Voyage Métaphysique!

Voyage Métaphysique – Épisode 5 – La Vérité

La religion doute du vainqueur.

Tout est vérité.

Une vérité générale observe,

L’eau bout à 100°c à pression atmosphérique normale

Une vérité philosophique ressent,

Et même l’eau bouillante éteindra le feu, car ces éléments sont ennemis.

Tout le vivant est tremblant d’une vérité absolue,

D’une émanation que l’on ne peut que sentir.

Les humains vivent dans une réalité,

Qui est souvent confondue avec la vérité.

Chacun sa réalité, ses idées et perceptions,

Pour une vérité partagée et impalpable.

La vérité de l’observateur est une partie de sa réalité

La réalité de l’observation est une partie de la vérité

Voilà une grande nuance à apprécier.

La vérité s’oppose à l’erreur,

Le mensonge est une erreur,

L’erreur est une faute.

Reconnaître ses erreurs,

Permet le pardon,

Le pardon rétabli la vérité.

La vérité supplante l’erreur.

Nous allons donc nous rectifier.

Par une véritable venue de la vérité pour la vérité.

Hypnose aérienne

Venant des profondeurs

Divulguant Mercure

Voyage Métaphysique – Épisode 4 – Le Retour

Il existe une treizième heure qui est celle de la libération.

Mon âme n’entre pas dans son secret, ni mon navire dans son port.

La perte de conscience de l’artiste provoque émotions et agitations

Après un petit moment d’absence, notre danseur de claquettes se réveille confus alors que son imprésario lui vante les mérites de son talents et de son futur succès.

Excellent Voyage Métaphysique!

Voyage Métaphysique – Épisode 3 – Le Fondement

La rétribution de la passion met à l’épreuve le religieux.

Tout dans l’univers est animé.

De la plus grande des galaxies qui bouge très lentement,

à la plus petite des particules, qui bouge énormément vite.

Tout agit, tout est animé, tout est vivant.

Le fondement est ce principe, cette animation, cette agitation.

Les humains vivent avec un constant inconscient

fait d’images venues d’un lointain passé,

d’idées qui traversent les générations

ou encore d’actes reflexes.

Personne ne le commande,

pas plus que le cœur qui bât sans cesse

ou les poumons qui ne s’arrêtent jamais,

ils sont élémentaires à l’existence.

Voilà aussi un peu du fondement.

Une image profonde est ancrée

dans la mémoire organique de chacun,

une image que l’on ne perçoit pas nettement,

c’est une image de l’origine,

de la matrice originelle de la vie,

le jour où la vie s’accordait sa propre pérennité.

Voici encore ce qu’est le fondement.

Nous allons donc nous animer.

Par un crédo venant du fondement pour le fondement.

Incantations maritimes

Exultations intérieures

Virevoltantes depuis l’inconscient

Direction la Lune.

Voyage Métaphysique – Épisode 2 – L’Artiste

Les tours de feu se font menaçantes.

Le soleil se lève, le soleil se couche, puis il retourne à son point de départ pour renaître à nouveau.

Troubles, tiraillements et passions entremêlés dans une atmosphère chaotique.

Au beau milieu d’une exceptionnelle représentation de claquettes, l’homme dont nous racontons l’histoire va connaître une expérience pour le moins inattendue.

Excellent Voyage Métaphysique!

Voyage Métaphysique – Épisode 1 – Le Royaume

Le mortel sacrifice de la force c’est l’indécision du fou.

Oracle Musical-20190927-1-LeRoyaume

Bienvenue sur terre, bienvenue dans le royaume, bienvenue à la maison.

La Terre est le seul royaume.

Point de départ et arrivée

Initiatrice et dépravatrice

Vu de loin, une petite boule bleue inerte.

Vu de près, un fourmillement infernal.

La Terre est l’abri du vivant comme du mort,

Du nouveau né et du sénile, du fou et du sage.

La Terre n’a pas de condition, elle n’attend rien, elle reçoit tout.

De l’eau, beaucoup d’eau, de l’air, énormément d’air, et un petit peu de feu, la vie.

Et c’est pourtant le vivant qui fait le plus parler de lui.

Il génère, il crée, il observe, disloque et détruit.

Destiné à mourir, le vivant est animé par un instinct :

Survivre, sinon pourquoi vivre ?

Survivre mais aussi épandre.

Des graines, des fruits, des progénitures ou de l’art.

Le vivant se répand.

Nous allons donc nous répandre.

Par un scandement venant du royaume pour le royaume.

Monologue fait de phrases.

Locutions faites de mots.

Construites avec des lettres.

Venant du ciel.

Tournoyer sur la Terre.

Oracle Musical – Épisode 33 – Vingt Huit

Table d’émeraude

C’est le couple primordial dansant autour de l’arbre de vie dans le jardin d’Éden ou bien encore notre être Yin/Yang accompli dans l’astral comme indiqué dans le Triskèle celte ; nombre de la création et de l’amour inconditionnel, le 28 combine les temps cycliques régis par le chiffre 4 et les temps évolutifs du 7… On le retrouve dans tous les domaines, et il occupe chaque fois une position de « clef de voûte » : en mathématique, c’est le 1er nombre parfait (le 6 est le 1er chiffre), la somme des cinq premiers nombres premiers, mais également des 7 premiers chiffres, et en physique nucléaire, le 28 est qualifié de « nombre magique ». En biologie humaine, il existe 28 os dans le crâne et autant dans une main, 28 phalanges aux doigts, 28 vertèbres dans la colonne vertébrale autour de l’os sacré. Les dents de sagesse disparaissant avec l’évolution, nous disposerons bientôt tous de 28 dents, nous possédons 28 000 gènes dans notre génome, notre peau met 28 jours à se renouveler, nous possédons 7 chakras principaux dotés chacun de 4 polarités et, chez la femme, la durée du cycle des ovulations est de 28 jours.

Le 28 est un nombre à la fois lunaire et solaire, il a été honoré à la fois à Stonehenge et à Jérusalem, encensé dans l’astrologie, les alphabets ou les calendriers chinois, mayas, indiens d’Inde et d’Amérique, ainsi que chez les Égyptiens, les Japonais, les Hébreux, les Coptes, les Arabes, les Perses, les esséniens et bien d’autres. Il est omniprésent au sein des religions : Gautama, le 28e Bouddha, a médité 28 jours sous son figuier ; au cours d’une messe, le prêtre effectue 28 signes de croix ; 28 pharisiens accompagnèrent Jésus avant sa mort, et le Scala Santa est composé de 28 marches de marbre blanc. 28 couleurs sont reconnues dans l’Islam et 28 Ized ou génies bienfaisants dans la religion de Zoroastre ; il existe 28 lettres de la création dans le premier verset de la Thora, et le tétragramme sacré YHWH en contient également 28 en écriture pleine.

Le texte qui sera véhiculé par l’oracle d’aujourd’hui sera à l’image d’un accomplissement : celui du grand œuvre alchimique.

La Table d’émeraude est un des textes les plus célèbres de la littérature alchimique et hermétique. C’est un texte très court, composé d’une douzaine de formules allégoriques et obscures, dont la fameuse correspondance entre le macrocosme et le microcosme : « Ce qui est en bas est comme ce qui est en haut, et ce qui est en haut est comme ce qui est en bas ».

Selon la légende, elle présente l’enseignement de Hermès Trismégiste, fondateur mythique de l’alchimie, et aurait été retrouvée dans son tombeau, gravée sur une tablette d’émeraude.

Sa découverte légendaire sont citées pour la première fois dans son De essentiis (1143) par Herman de Carinthie, ami de Robert de Chester, le traducteur en 1144 du Liber de compositione alchimiæ considéré comme le premier traité d’alchimie en occident.

Un commentateur anonyme du XIIe siècle explique que « « le père de tout le télesme » signifie « de tout le secret ». En effet, la divination chez les Arabes se dit « télesme » ; cette divination est donc supérieure à toutes les autres » ; par la suite seule le sens de secret fut retenu.

On la retrouve dans le De mineralibus d’Albert le Grand, vers 1256.

Vers 1275-1280, Roger Bacon traduit et commente le Secret des Secrets19, et par une interprétation entièrement alchimique de la Table d’émeraude, en fait un résumé allégorique du Grand Œuvre20.

Oracle Musical – Épisode 32 – Trésor

Le Trésor de Priam (parfois désigné comme l’or de Troie) est une découverte archéologique effectuée par Heinrich Schliemann alors qu’il dégageait le site de Troie. Près de 8000 objets rapportés des fouilles ont été attribués au roi Priam, ce qui est historiquement incorrect compte tenu de la datation de ces vestiges. Schliemann ayant fait don de ce trésor à l’Empire allemand en 1881, les objets rejoignirent en 1885 les collections du Völkerkundemuseum, puis en 1931 le Museum für Vor- und Frühgeschichte (Berlin). À la fin de la Seconde Guerre mondiale, le trésor fut emporté comme prise de guerre en Union soviétique. On reste sans nouvelle de leur sort jusqu’à ce qu’ils soient de nouveaux localisés en 1987. Le Trésor de Priam est exposé au musée Pouchkine de Moscou, le musée de Berlin n’expose actuellement que des copies des originaux.

Article Wikipédia « Trésor de Priam ».

Oracle Musical – Épisode 31 – Péchés

« J’aime le souvenir de ces époques nues »

Die sieben Todsünden (Les Sept Péchés capitaux en français) est un ballet chanté pour cinq voix (une femme et un quatuor masculin) et orchestre, composé par Kurt Weill en 1933, sur des textes de Bertolt Brecht.

Il s’agit de la dernière œuvre de théâtre musical du musicien (postérieur, donc, à son Mahagony et à son Opéra de quat’sous. C’est une commande d’Edward James pour les ballets de George Balanchine (la femme du dédicataire devant danser le rôle principal).

Nous avons choisi le texte « J’aime le souvenir de ces époques nues » tiré du recueil les Fleurs du mal de Charles Beaudelaire afin d’illustrer la notion de péché.

Bon voyage !